lycées - dhg - postes - documents rectorat

Précision importante

Les documents de travail du Rectorat et des Directions Départementales sont publiés au moment de la tenue des CTA et CTSD. Ils sont susceptibles de modifications en fonction des évolutions des situations et des actions menées.

CTA 17 janvier 2019 - documents remis en séance - document SNES

Ouverture d'enseignements de spécialités

NSI (Numérique et sciences informatiques) dans 4 lycées

LLCE-Allemand (Langues, littératures et cultures étrangères) dans 5 lycées.

Constat des effectifs présents à la rentrée 2018 et prévisions d'effectifs pour la rentrée 2019 dans les lycées.

Pour les formations post-Bac, ce sont les capacités d'accueil (CA) qui sont indiquées. (Attention : ce document, distribué en séance, peut comporter des erreurs, nous les signaler le cas échéant)

Comparatifs prévisions des effectifs et des DHG lycées en 2018 et 2019

Ce document, conçu par les militants du SNES, permet de mesurer les écarts de DHG entre les prévisions 2018 et les prévisions 2019.

  1. Télécharger le document

CTA 17 janvier 2019 - Documents préparatoires

offre de formation - CTA 12 décembre 2018

On peut retenir les éléments suivants :

d'une manière générale, les établissements gardent les enseignements qu'ils proposent actuellement (par exemple, la spécialité SES est ouverte dans la plupart des lycées qui accueillent des élèves de série ES). Nous avons dénoncé la situation des quelques établissements qui verraient leur offre de formation se réduire à la rentrée prochaine. A chaque fois, le rectorat met en avant des effectifs insuffisants.

de nombreux établissements se sont vus refuser l'implantation d'enseignements de spécialités considérés comme « rares » : Arts, Littérature, langues et cultures de l’Antiquité (LCA), Sciences de l'ingénieur (SI) et Numérique et sciences informatiques (NSI). Le rectorat renvoie à l'ouverture d'options (en oubliant de rappeler que celles-ci devront être financées par les établissements) mais sans vouloir publier dès maintenant la carte d'implantation des options (à suivre en janvier).

l'implantation des enseignements de spécialité fragilise les établissements de petite taille. Au prétexte d'effectifs insuffisants, ils ne peuvent pas proposer un large choix de spécialités ce qui pourrait diminuer leur attractivité. La rectrice s'est engagée à les soutenir tout en disant ignorer si elle en aurait les moyens.

si à la fin du deuxième trimestre, les élèves sont nombreux à vouloir s'inscrire dans un enseignement de spécialité qui n'est pas proposé dans leur établissement, alors le rectorat se dit prêt à l'y ouvrir. Cependant, pourquoi les élèves choisiraient-ils un enseignement dont ils savent qu'il n'est pas proposé dans leur établissement ? Avec quels moyens cette ouverture pourrait-elle se faire ?

le rectorat affirme, pour la rentrée 2018, garantir les enseignements de spécialité contenus dans la carte des formations : même en cas d'effectifs très faibles, les élèves pourront suivre les enseignements proposés par l'établissement.

Des questions fréquentes :

es élèves pourront-ils choisir librement les 3 enseignements de spécialité en classe de Première ? Le ministère insiste beaucoup sur la liberté des élèves mais toutes les spécialités ne sont pas proposées dans tous les établissements (ainsi la spécialité NSI n'est proposée que par moins de 20 % des lycées). Le rectorat met en avant la possibilité de suivre une spécialité dans un établissement voisin (sans vouloir comprendre les difficultés que cela peut engendrer) mais se montre très prudent sur la possibilité de changer de lycée pour suivre une spécialité dans un autre établissement : les changements d'établissements seront très limités.

la carte des formations est-elle figée ? La carte présentée devrait être revue chaque année. On peut s'attendre à un « ajustement de l'offre de formation » qui peut correspondre aussi bien à des ouvertures de spécialité qu'à des fermetures.

Les établissements auront-ils des moyens suffisants pour fonctionner ? Le 19 décembre prochain, le ministère publiera la répartition par académie des suppressions de postes dans le second degré. On peut s'attendre à des suppressions de postes très importantes à Nancy-Metz alors que les effectifs d'élèves seront stables.

GT offre de formation - 5 décembre 20188