haut de page

Protection sociale complémentaire : y voir plus clair !

La prise en charge d’une partie de la complémentaire santé soulève de nombreuses questions : quelles conséquences sur les solidarités, pour le modèle mutualiste, quelles implications pour les agents ? La FSU fait le point.
A partir du 1er janvier 2022, l’ensemble des agents actifs de la Fonction publique de l’Etat auront droit à un remboursement partiel forfaitaire de 15 euros bruts mensuels, pour leur cotisation à une assurance complémentaire en santé (mutuelle). Plus d’informations ici : « Protection sociale complémentaire : mode d’emploi »

Cette obligation de participation financière des employeurs publics de l’Etat à la complémentaire est inédite. Elle rend possible la participation financière des employeurs publics à la complémentaire et d’améliorer très légèrement le pouvoir d’achat de certains agents mais elle va déstabiliser les solidarités actuelles, la Sécurité sociale et le modèle mutualiste.

La FSU fait le point sur les enjeux de ce dossier dans la publication ci-dessous.

Les concours

CAPES, Agrégaion, CAPET, concours CPE et Psy-EN 2022 : inscriptions, programmes, épreuves… Toutes les infos du SNES-FSU.
Le concours est la modalité normale de recrutement dans la Fonction publique. Il permet l’égalité d’accès à des emplois publics statutaires. Si de nombreux enseignant-es, CPE, Psy-EN subissent la précarité comme contractuel-les, c’est que le recrutement aux concours n’est pas suffisant depuis des années !

Son organisation repose sur plusieurs principes :

Élections au CA – faire vivre la démocratie locale

En ces temps de développement de « l’autonomie des établissements », Dans un contexte où les collectivités territoriales jouent un rôle croissant, il est essentiel de se présenter au CA, d’élire des représentants qui veillent au respect des principes du service public (égalité, laïcité, gratuité), qui s’engagent pour une école publique de qualité, pour le respect des statuts et garanties des personnels.

Budget, DGH, contrats, conventions…autant de domaines traités en CA qui ont des conséquences pour la vie dans l’établissement et la bonne exécution de nos missions de services publics. Le CA est la seule instance du système éducatif dans laquelle les votes sont décisionnaires, y siéger est un important point d’appui pour l’action syndicale.Les choix faits en CA ont une influence déterminante sur les conditions de travail de tous.

Collège : pour une rentrée respectueuse de nos droits

Le SNES-FSU vous rappelle les règles qui régissent actuellement le fonctionnement des collèges (évaluation avec ou sans note, organisation “une classe/une salle”, EPI, AP) et l’”expérimentation innovante »

Il vous donne les outils réglementaires pour défendre vos droits et soutient à la mise en place de la force du collectif qui permet de résister aux pressions hiérarchiques et conserver son énergie de travail pour des projets pédagogiques choisis.

Grenelle saison 2 – toujours loin du compte

Les annonces de septembre 2021 confirment que la revalorisation promise par Jean-Michel Blanquer n’a rien d’historique

.Rentrée 2020, Jean-Michel Blanquer dans son interview de rentrée au JDD « A partir de novembre, nous négocierons pour définir une loi de programmation pluriannuelle ». Un an après, le bilan est révélateur : des promesses non tenues et des annonces qui sont loin de compenser le déclassement salarial de nos professions.

Rentrée 2021 – les enjeux

Retour sur la conférence de presse de rentrée du SNES-FSU

Le SNES-FSU a tenu sa conférence de presse de rentrée, l’occasion de porter publiquement les enjeux de la rentrée, à la fois sur le plan sanitaire mais aussi sur les questions salariales et de conditions de travail.

Compte-rendu réunion sanitaire rentrée

A J-7 avant la rentrée, encore beaucoup de flou, le ministère ne semble pas avoir pris la mesure de l’urgence de la situation

Mercredi 25 août, le ministère a organisé un échange sanitaire avec les organisations syndicales dans le cadre de la préparation de la rentrée.

Situation sanitaire et rentrée scolaire

Mise à jour 22/08 : analyse des annonces ministérielles, compte-rendu des réunions sanitaires…tout le dossier Covid19 et rentrée 2021.

Le ministre de l’Education nationale a précisé quelques éléments relatifs à la rentrée scolaire dans un quotidien du week-end. Encore une fois les personnels apprennent les conditions de rentrée dans la presse, et en plus, dans un article réservé aux abonnés ! Quel mépris : insupportable ! Et toujours bien peu d’informations concrètes…
Niveau 2 du protocole en métropole mais peu de réponses sur le reste : qui va encadrer les opérations de vaccination ? Comment vont s’organiser les sorties scolaires dans les musées et les théâtres ? Quelle politique de tests dans le 2nd degré ?
« Les précisions seront apportées dans les prochains jours » selon le ministre. Nous sommes à J-10 !

Jean-Michel Blanquer découvre l’importance des capteurs de CO2 et veut « les généraliser ». Enfin ! Mais bien peu d’actes : quelle aide financière pour les collectivités ?

Rien sur la définition des seuils : quels sont les indicateurs objectifs qui définissent chaque niveau ? Bref, encore un exercice de communication pour faire vivre le storytelling ministériel du « on est prêt », mais éloigné des questions du terrain !

Actes antisémites dans les mobilisations contre le pass sanitaire

Le SNES-FSU dénonce ces actes ignobles. L’antisémitisme est un délit. Il doit être combattu sans relâche.

16 août 2021

Depuis plusieurs semaines, des actes antisémites sont commis dans le cadre des mobilisations contre le pass sanitaire : utilisation de l’étoile jaune ainsi que d’autres références de l’antisémitisme (journaux, pancarte « qui » brandie par une enseignante…) et du nazisme.

Le SNES-FSU dénonce ces actes ignobles. L’antisémitisme est un délit. Il doit être combattu sans relâche. Il n’a pas sa place dans notre société, dans nos collèges, lycées, CIO et dans les manifestations.

Le SNES-FSU poursuit son combat pour une société plus juste et égalitaire, ce qui exclut toute forme de racisme et d’antisémitisme, et dans laquelle l’école doit jouer tout son rôle pour transmettre et faire partager les valeurs d’égalité et de tolérance.

Session 2021 des concours de recrutement du second degré : des centaines de postes perdus pour les collèges et les lycées !

Des centaines de postes mis au concours en 2021 ne seront pas pourvus (du fait du manque de candidats, des doubles admissions, des démissions…)

Compte-rendu réunion sanitaire

Le ministère a organisé un point sanitaire le 8 juillet. Protocoles sanitaires, tests, vaccinations, enjeux pédagogiques, beaucoup de questions et encore peu de réponses !
Protocole sanitaire
Le Ministère a travaillé sur des déclinaisons du protocole en fonction de 3 à 4 hypothèses sur la circulation du virus (plus ou moins active).
Plusieurs points seront abordés :
– doctrine d’accueil des élèves
– éléments sanitaires : gestes barrières, contexte de port du masque etc
– organisation de l’EPS
– organisation du contact tracing, règles d’isolement etc.
Les 4 scenarii seront connus après le conseil de défense de lundi 12 juillet.
Une réunion avec les collectivités territoriales est prévue vendredi 9 juillet. Interventions du Snes-FSU
Des protocoles qui arrivent très tardivement quand les établissements seront fermés, ce qui rend impossible le travail collectif et l’anticipation. On retombe dans les travers de cette année où plus d’une trentaine de mise à jour de la FAQ se sont enchaînées, entraînant une fatigue et une exaspération profonde. Ce mode de pilotage de l’Education nationale met tout le monde sous tension. Il est inenvisageable de repartir sur une nouvelle année avec le même fonctionnement.
Des questions plus précises
– contact tracing : le travail avec les ARS a-t-il été revu ? Les délais ont parfois été longs, quand les ARS étaient débordées.
– situation des personnels vulnérables : nouveau décret à paraître au niveau Fonction publique, il est indispensable de ne pas attendre la dernière minute pour préciser les choses au niveau éducation nationale. Les personnels vulnérables ont subi, eux aussi, de longues périodes d’incertitude cette année. L’employeur doit protéger les personnels !
– comment passe-t-on d’un scénario à un autre : cela se fait-il en fonction de seuils précis ? Il est indispensable de donner de la visibilité afin de pouvoir anticiper au mieux.

AESH : en attendant la revalo… l’action !

Le ministère a enfin ouvert des discussions sur le temps de travail et les rémunérations des AESH. Nous avons obtenu un avancement automatique, mais la grille proposée ne répond absolument pas à l’exigence de revalorisation des AESH.
La mobilisation des AESH avec le soutien du SNES et de la FSU a contraint le ministère à avancer des propositions chiffrées. Elles ont été discutées et nous les avons vivement critiquées au cours de deux réunions du GT « amélioration du service public » du Grenelle.

Bac Blanquer : l’avènement du bac local

Jean-Michel Blanquer s’est souvent autoproclamé plus grand défenseur des épreuves terminales. Il restera en réalité comme le ministre qui a enterré la promesse républicaine d’un baccalauréat national et terminal, préférant instrumentaliser la crise sanitaire pour imposer à marche forcée un baccalauréat de plus en plus local.

Grenelle : un leurre et des lignes rouges

Le ministre a rendu ses conclusions du Grenelle. Derrière les effets de manche médiatique, on est encore très loin de la revalorisation historique promise par Jean-Michel Blanquer
27 mai 2021 
Jean-Michel Blanquer a présenté les conclusions du Grenelle de l’Éducation dans une mise en scène déconnectée de la réalité. La table ronde qui a précédé les annonces du ministre a ressemblé à un exercice d’autosatisfaction, sans jamais entendre la voix des personnels. Les annonces confirment que la « revalorisation historique » promise par le ministre restera un effet d’annonce, un de plus, de ce quinquennat.
En matière financière, l’enveloppe affichée de 700 millions est un leurre car contenant des mesures actées par ailleurs (protection sociale complémentaire, passage en année pleine des mesures 2021) . La réalité est 400 millions d’euros pour l’année 2022 soit moins qu’en 2021 (500 millions en année pleine). En dehors d’une légère amélioration sur les promotions pour les milieux et fins de carrière, rien de concret n’est annoncé pour la majorité des personnels. Largement insuffisante, cette enveloppe financière ne permet même pas de rattraper les pertes de pouvoir d’achat de ces dix dernières années. Ces annonces ne sont donc pas à la hauteur du déclassement salarial des personnels du 2d degré, qui est pourtant un des facteurs du manque d’attractivité de nos professions comme le montre, tous les ans, les chiffres des concours de recrutement.
La loi de programmation pluriannuelle est enterrée, le ministre évoquant seulement un élan ou un engagement, ce qui ne sécurise en rien les perspectives pour l’avenir.

Les annonces sur le métier relèvent soit de l’effet d’annonce décalé (en 2021, le ministère de l’Education nationale s’engage à dire « bonjour » en début de mail) soit de projets plus dangereux pour nos métiers. La perspective de développement de hiérarchies intermédiaires en appui des personnels de direction, ou pour harmoniser les pratiques de contrôle continu selon l’exemple, pas innocent, pris par le ministre, laisse présager d’une dénaturation profonde de nos métiers. L’utilisation d’heures supplémentaires ou du numérique pour le remplacement ne répond pas aux enjeux de continuité du service public d’éducation. Enfin, l’accent mis sur l’autonomie accrue des établissements dessine les contours d’un système éducatif toujours plus concurrentiel.

Le Snes-FSU rappelle ses demandes : une réelle revalorisation, sans contreparties, qui passe par le dégel de la valeur du point d’indice, la reconstruction des grilles et la revalorisation immédiate notamment pour les débuts de carrière. Une revalorisation significative pour les contractuels, les AED et les AESH doit rapidement être engagée.

Les lignes rouges sont connues (formation hors temps de service, rémunération au mérite, remplacement au pied levé…). Plutôt que de s’en approcher dangereusement, il est temps que le Ministre entende ce que les personnels veulent pour le service public d’Éducation du 21e siècle : un service public renforcé, avec des moyens et des personnels revalorisés.

Autotests….encore un crash test !

Après le raté des tests antigéniques, celui des autotests : très peu ont été livrés et quand c’est le cas, les AED, AESH, CPE, PsyEN sont souvent oubliés ! Les opérations massives de tests pour les élèves qui devaient commencer le 10 mai semblent de plus en plus illusoires.
 
Une réunion sanitaire s’est tenue avec le ministère le 22 avril en début d’après-midi, quelques heures avant la prise de parole gouvernementale, notamment du ministre de l’Éducation nationale, prévue en début de soirée.

Le Snes-FSU avait fait connaître ses exigences sanitaires et pédagogiques.

Ecole à distance, saison 2 – épisode 1, encore raté !

16 mars 2020 : les débuts de l’école à distance sont chaotiques.
6 avril 2021 : l’histoire se répète.
Le résultat d’un choix politique : celui de rien anticiper, de rien préparer.
Mardi 6 avril, peu après 8h30, les témoignages de problèmes sur les ENT (environnements numériques de travail) commencent à affluer. Très rapidement, le constat s’impose : le premier jour de l’école à la maison version 2021 est la copie conforme des premiers jours de l’école à la maison version 2020.

Tout y passe : les ENT, qui dépendent des collectivités territoriales, mais aussi Ma classe à la Maison qui dépend du CNED et donc du ministère de l’Education nationale.

L’échec d’une stratégie ministérielle

Le président de la République a annoncé mercredi soir 31 mars la fermeture des établissements scolaires. Un échec pour le gouvernement qui porte une lourde responsabilité dans cette situation.

Le président de la République a annoncé la fermeture des établissements scolaires et le passage à l’école à distance pour deux semaines encadrant une période de vacances. Cette annonce est un cruel constat d’échec de la stratégie de Jean-Michel Blanquer.

Pendant des mois, le ministre de l’Éducation nationale a nié la réalité de la circulation du virus en milieu scolaire. Pendant des semaines, il a refusé les propositions du Snes-FSU qui visaient à articuler protection immédiate et prévention afin d’éviter la fermeture des établissements scolaires, réduisant le débat à l’opposition fermeture contre ouverture, refusant de voir les solutions intermédiaires. La semaine dernière, Jean-Michel Blanquer balayait d’un revers de la main le sujet vacances scolaires en prétextant que cela relevait de la « pensée magique » car « on se contamine moins à l’école qu’en vacances ». Il y a quelques jours, sur les réseaux sociaux, il vantait, en musique, les mérites de l’enseignement en présentiel sans prendre la mesure de la dégradation rapide de la situation. Quel gâchis, que de temps perdu !

Aujourd’hui face à la 3eme vague, les collèges et les lycées replongent dans les affres de l’enseignement à distance. Le ministre de l’Éducation nationale et le gouvernement portent une très lourde responsabilité dans cette situation.

  1. la suite sur le site national

Retour sur une année sous Covid19

12 mars 2020 – 12 mars 2021. Un an dans la vie d’un personnel de l’Education nationale : ordres, contre ordres, approximations, annonces de dernière minute sur l’ouverture, la fermeture, les protocoles, les tests, la vaccination, le bac….

Rentrée 2021 : la réalité du terrain à l’épreuve du discours ministériel

Augmentation des effectifs, suppressions des options, augmentation des heures supplémentaires…le Snes-FSU fait la lumière sur les conditions de la rentrée dans les établissements. Analyses détaillées et tour de France des mobilisations locales.
 Pendant la pandémie, la casse continue ! 1883 suppressions d’emplois dans les collèges et les lycées, dans la continuité des politiques menées par Jean-Michel Blanquer depuis 2017. Une politique inacceptable alors même que les effectifs augmentent et qui devient irresponsable alors même que la rentrée 2021 ne sera pas normale puisqu’elle arrivera après une année scolaire encore chamboulée par le Covid19.

8 mars : se mobiliser pour les droits des femmes

Etre avec les femmes du monde entier pour « refuser toutes et tous ensemble de payer le prix de la crise pandémique avec notre travail, notre salaire, notre corps ». Autant de sujets portés par un large collectif associatif et syndical dont la FSU, appelant à des mobilisations en ce 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

C’est dans la continuité des grandes marches de l’an dernier, qu’un appel large à se mobiliser le 8 mars a été lancé par plusieurs dizaines d’organisations. Cette mobilisation prend une acuité particulière dans le cadre de la pandémie car partout « les confinements ont mis en lumière que les femmes sont indispensables au fonctionnement de la société et invisibilisées en permanence ».

Un point sanitaire eu lieu entre les organisations syndicales et le ministère mardi 16 février. Le Snes, avec la FSU, est revenu sur la modification inattendue et incompréhensible du protocole sanitaire vendredi 12 février au soir, mais aussi sur d’autres points (tests, retour des vacances de la zone A à anticiper, vaccination, remplacements des personnels en ASA, préparation de la rentrée 2021 en terme de moyens mais aussi en terme pédagogiques), des réponses ont parfois été apportées, mais qui restent souvent incomplètes, ce qui ne participe pas à la clarification de la situation..

La déontologie par-dessus bord !

Le ministre de l’Éducation nationale et la ministre de l’enseignement supérieur ont-ils oublié leur déontologie ?
Les opérations de Parcoursup sont lancées et prennent un virage numérique très marqué dans le contexte sanitaire. Mais c’est aussi un bon moyen pour ces deux ministres de promouvoir les officines privées en orientation et de jeter par-dessus bord la RGPD et autres principes déontologiques.

Point sanitaire 29 janvier

Compte-rendu des échanges avec le ministère avant les déclarations surprises de Jean Castex.
Mise à jour 20h47 : aucune modification après les annonces de Jean Castex

Les échos de la grève du 26 janvier

Photos, vidéos, témoignages, retour sur la grève du 26 janvier.
40% des professeurs, PsyEN, CPE, AESH et AED étaient en grève, avec une mobilisation particulièrement importante en collège et dans les vies scolaires.

Grève 26 janvier :
pour nos salaires et nos conditions de travail

Tout le matériel (tracts, visuels, communiqués, affiches) pour préparer la grève du 26 janvier. L’année 2021 commencera sous le signe de la lutte !

Bac 2021 :
nouvelle provocation

Une circulaire du 15 janvier invite à organiser des stages pendant les vacances ou de l’accompagnement en heures supplémentaires pour préparer les épreuves de bac. Une provocation de plus alors que le ministre ne répond toujours pas à la demande quasi unanime de report des épreuves en juin

Rentrée 2021 :
boycott du CTA du 13 janvier 2021

Les représentants des personnels FSU, FO et Sgen-CFDT ont décidé de boycotter le Comité Technique Académique (CTA). En effet, une fois encore, l’académie de Nancy-Metz est particulièrement touchée par les suppressions de postes dans l’Éducation nationale.

Rentrée 2021 :
encore des suppressions de postes en Lorraine

Le CTM du mercredi 16 confirme la suppression de
129 postes dans le second degré en Lorraine.

Rentrée 2021 :
la casse continue !

1883 emplois supprimés dans le second degré à la rentrée 2021 : le ministère n’a décidément pas les mêmes priorités que les personnels !

Autoconfinement : l’école à la carte n’est pas une réponse à l’épidémie

Communiqué de la FSU après les annonces gouvernementales tolérant les absences pour « autoconfinement » avant les fêtes.

Situation sanitaire – réunion ministérielle

Personnels à risque, examens et concours, AED, AESH, situation en janvier 2021…Le compte-rendu de la réunion du 10 décembre sur le contexte sanitaire avec le Ministère.

Les cités éducatives prennent de l’ampleur

Avec la mise en place de 40 nouvelles cités éducatives, le gouvernement accélère le démantèlement de l’éducation prioritaire.

8 décembre 2020 : fermeture de SIAM

Toutes les dernières informations mutations : confirmation de participation et pièces justificatives.

Une journée révélatrice de la réalité du Grenelle

La FSU et ses syndicats nationaux, dont le Snes-FSU, quitte le Grenelle de l’Education après le fiasco de la conférence sur l’enseignant du 21eme siècle et le déroulement des ateliers.
 

Mardi 1er décembre. Ce devait être un des grands moments du Grenelle de l’Education : le colloque scientifique sur l’enseignant du 21eme siècle « pour réfléchir en profondeur sur l’avenir du métier des professeurs ». Bilan de la journée : des propos décalés avec la réalité quotidienne des personnels de l’Education nationale, des problèmes techniques et, en pleine pandémie, un non respect des règles sanitaires. Quelle crédibilité accorder à ce qui a ressemblé aujourd’hui à un exercice de communication raté qui ne doit toutefois pas occulter la réalité de l’exercice : un outil pour redéfinir nos métiers.

Les attaques contre l’éducation prioritaire se précisent

Le ministère aurait toujours pour projet la disparition du label REP pour septembre 2022. Une contractualisation des moyens sera expérimentée dans 3 académies à la rentrée 2021.

Grenelle : opération vérité sur le quotidien dans les établissements

Le 1er décembre, le Ministre organise un colloque scientifique sur les professeurs du 21eme siècle. Personne n’est dupe de l’opération politique. Faisons entendre notre voix sur les réalités du terrain.

AED : journée d’action le 1er décembre

Les AED sont indispensables au bon fonctionnement des établissements, mais ont souvent été les grands oubliés des politiques gouvernementales. Stop à la précarité et au manque des moyens : dans l’action le 1er décembre !

Avenir Lycéen : un ministre ne devrait pas dire ça

Face aux interrogations légitimes, le ministre se défausse et accuse le Snes-FSU. Des propos scandaleux. Le Snes-FSU exige des excuses.

Le 23 novembre, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale était interrogé en direct sur BFM sur son implication dans l’affaire Avenir lycéen. Le ministre s’est défaussé de toute réponse sur le fond en choisissant d’attaquer plusieurs organisations dont le Snes-FSU.
Le présentateur l’interroge ainsi :« il y a beaucoup d’enjeux Jean-Michel Blanquer au lycée, vous le signaliez vous aussi, il y a cette réforme du lycée qui est entrée en vigueur, cela dit, dans ce contexte, cette affaire Jean-Michel Blanquer, l’UNL n’est pas contente, le MNL non plus, le Snes demande des explications, est-ce que ça ne vous fragilise pas ? »
Le ministre répond « vous citez des organisations qui sont totalement liées à des partis d’extrême gauche. Vous ne voyez pas que c’est une affaire cousue de fil blanc par des secteurs de l’utra gauche ».

Des propos inadmissibles

Ces propos sont proprement scandaleux. Le Snes-FSU est indépendant de tout parti politique. Il tire sa légitimité de sa place dans le paysage syndical du second degré en étant la première organisation syndicale en nombre d’adhérents et en arrivant en tête aux élections professionnelles. Ses adhérents viennent d’horizons divers. En les assimilant à l’ultra gauche et à l’extrême gauche, le ministre de l’Education nationale commet un grave contre sens qui montre, soit sa méconnaissance  du fonctionnement d’une organisation syndicale, soit sa volonté de ne pas s’embarrasser de toute rigueur de raisonnement. Fâcheux pour un Ministre de l’Education nationale.

Par ailleurs, le Ministre porte des accusations graves et inadmissibles en faisant du Snes-FSU un des instigateurs de cette affaire. Il  fait le choix d’instrumentaliser cette affaire et de transformer en opération politicienne une interrogation légitime sur des révélations qui touchent aux fondements même de la démocratie et des valeurs de la République.

Des excuses et des explications. Vite

Le Snes-FSU exige des excuses publiques.

Il appelle le Ministre faire preuve de responsabilité, à cesser de se défausser et à répondre clairement aux questions qui sont posées depuis la semaine dernière.

Dans la crise que traverse notre démocratie, plus que jamais, le devoir d’exemplarité s’impose à tous. A commencer par le plus haut sommet de l’Éducation nationale.

Appel intersyndical : soutien aux mobilisations des AED

Le Snes-FSU, la CGT Educ’action, le Snalc et Sud Education appellent les AED à poursuivre et amplifier les mobilisations, notamment le 1er décembre.

Financement et fonctionnement d’Avenir Lycéen

Des révélations qui touchent aux fondements même de la démocratie et des valeurs de la République. Toute la transparence doit être faite.

Éducation prioritaire, quelle actualité ?

Alors que l’éducation prioritaire accumule les difficultés, le ministère laisse planer le doute quant à ses intentions.

Pétition – Bac 2021 : des aménagements indispensables

Des associations de professeurs spécialistes et des organisations syndicales exigent des mesures urgentes pour le lycée et le bac 2021.

Salaires en 2021 : ceci n’est pas une revalorisation

400 millions d’euros pour une revalorisation « historique » ? On en est encore loin !

Bac, DNB : aménager les programmes et le calendrier

Interpellons les IG et IPR : les programmes et le calendrier des examens 2021 doivent être revus pour tenir compte du contexte sanitaire et de ses conséquences pédagogiques

Grève sanitaire : une forte mobilisation dans les collèges

45 % de grévistes aujourd’hui en collège ! Il faut aussi des mesures sanitaires renforcées pour les collèges

Confinement : ouverture des établissements, les droits des personnels

Les établissements scolaires seront ouverts pendant le confinement. Quel est le protocole sanitaire en vigueur ? Quels sont les droits des personnels ? Comment agir ?

Ouverture des établissements scolaires : la santé et la sécurité ne sont pas en option !

Le président de la République a annoncé un deuxième confinement. Les établissements scolaires restent ouverts. Des mesures sanitaires fortes doivent être prises pour protéger la communauté éducative

Confinement

Après l’attentat, préparer le retour en classe

Après l’attaque terroriste islamiste qui a coûté la vie à Samuel Paty, le retour dans les établissements doit être préparé.

Assassinat d’un professeur à Conflans-Sainte-Honorine

Cet effroyable assassinat a été commis contre un professeur qui faisait son métier, c’est donc le cœur de l’école qui a été attaqué : les missions d’apprentissage et d’émancipation