référentiel de compétences professionnelles

L'exemple des CPE - mis en ligne en mars 2013

De l'agression contre le métier à une avancée significative obtenue par l'intervention déterminée du Snes.

Au travers des référentiels de compétences des enseignants et CPE c'est l'identité même de nos métiers qui a été en jeu. S'y est donnée à voir, la permanence, à tous les niveaux de l'administration de conceptions que nous combattons depuis des années : management par le chiffre et la mesure de la performance individuelle, évaluation avec auto évaluation et entretien professionnel, volonté de dénaturation de nos métiers. L'exemple des CPE est particulièrement significatif. Ouvertes par un premier projet qui constituait une véritable agression contre le métier de CPE, le dénaturait totalement, en faisant le conseiller du chef d'établissement, manager du service vie scolaire, les discussions sur le référentiel de compétences des CPE ont pu, grâce à l'intervention déterminée du Snes, déboucher sur un texte plus respectueux du métier réaffirmant son appartenance aux équipes pédagogiques et éducative, son rôle, complémentaire de celui des professeurs, de suivi individuel et collectif des élèves qui constituera un point d'appui dans les discussions annoncées sur les missions des professeurs et CPE.

Retour sur le fil des évènements.

Lors d'une première réunion le 18 décembre, deux projets de référentiels, enseignants et CPE, ainsi que 3 annexes (documentalistes, PLP et PE) ont été présentés aux organisations syndicales. Textes qui mélangeaient compétences, injonctions prescriptions, dénaturaient le métier de CPE et dont le Snes, les estimant inamendables, a exigé la réécriture. Le 17 janvier le ministère réunissait à nouveau les organisations syndicales, tous corps confondus, sur un second projet qui certes présentait quelques améliorations mais reprenait l'orientation d'ensemble du précédant et restait porteur d'une dénaturation complète du métier de CPE. Il construisait un métier de manager du service vie scolaire, chef de projet, élaborant un projet de service, second du chef d'établissement, cadre intermédiaire du management par la mesure de la performance individuelle, organisateur de la sécurité des élèves, garant des règles de vie et de droit de l'établissement. Quelques citations du texte seront éclairantes : « le CPE, conseiller de l'équipe de direction et coordonnateur de la politique éducative de l'établissement » (titre de la partie centrale, avec son premier sous titre ci après)   «savoir impulser et coordonner le projet vie scolaire, sous l'autorité du chef d'établissement » , le CPE « assume une fonction d'encadrement et d'évaluation...Il assure une fonction de management » parmi ses compétences « savoir établir une fiche de poste », « maîtriser les outils et méthodologie d'évaluation afin d'évaluer les personnels placés sous son autorité », « conduire une analyse critique de son travail et du fonctionnement du service, soit par auto-évaluation, soit avec le concours d'une tierce expertise, et modifier le cas échéant sa pratique professionnelle » et encore une compétence que l'on retrouvait aussi dans le référentiel professeurs « savoir procéder à une auto-évaluation dans la cadre d'échanges entre pairs ou d'un entretien professionnel ». Le Snes a refusé d'aborder un tel texte dans la précipitation en fin de réunion et a adressé une contribution critique argumentant sur le sens même du métier, faisant entendre que ce texte en l'état constituait une provocation pour la catégorie. Face à la détermination du Snes un troisième texte a été présenté, plus conforme aux attendus réglementaires de la fonction, puis suite à un groupe de travail le 27 janvier une 4ème version a intégré bon nombre de nos remarques. Le texte finalement présenté au CSE du 7 février est ainsi bien plus respectueux du métier de CPE et la référence à l'entretien professionnel a disparu. La circulaire qui présentera ces référentiels devrait en outre préciser qu'ils n'ont vocation qu’à servir au cadrage de la formation des stagiaires et de piste pour la formation continue.

Ces avancée sont importantes et seront un point d'appui alors que sont annoncées des discussions sur les missions des professeurs et des CPE ainsi que sur l'évaluation. Mais nous devons rester vigilants, et prêts à nous mobiliser, car encore une fois, les premiers projets présentés ont mis en évidence à quel point des orientations délétères pour nos métiers continuaient à travailler notre administration.