2 juillet 2019

Lettre à la rectrice

Madame la rectrice de l'Académie de Nancy-Metz,
par la présente, nous vous informons que nous, SUD Education Lorraine, Snes Lorraine, CGT Educ'action Lorraine, SNALC Lorraine, soutenons la grève engagée par les correcteurs et correctrices du baccalauréat dans l'académie. Ainsi, nous nous montrerons particulièrement vigilants quant à d'éventuelles mesures de pression ou de rétorsion à leur encontre, et les accompagnerons syndicalement et juridiquement afin de garantir le libre exercice du droit de grève, droit fondamental et constitutionnel.
Vous assurant de notre attachement au service public d'éducation,

Bruno HENRY, co-secrétaire général académique du SNES-FSU
Roberto TOSCANO, secrétaire académique de Sud Education
Anne WEIERSMULLER, secrétaire académique du SNALC
Philippe KUGLER, secrétaire académique de la CGT-Educ'Action Lorraine"

Pétition

lien vers la pétition à diffuser largement pour soutenir aujourd'hui, demain et peut être après, les collègues grévistes

communiqués de presse

SNES Lorraine

Le SNES-FSU Lorraine apporte son soutien aux correcteurs engagés dans des opérations de rétention de notes du Bac

Suite au succès de la journée du 17 juin où le SNES-FSU et d'autres organisations ont appelé à la grève des surveillances des épreuves du Bac, la mobilisation des personnels contre la réforme du lycée et du Bac se poursuit sous des formes variées : motions d’assemblées générales, rétentions de notes, reconduction de la grève etc...
Face à un ministre qui refuse d'écouter les personnels et qui porte seul la responsabilité de la situation, le SNES-FSU Lorraine apporte son soutien aux collègues engagés dans ces actions et notamment aux correcteurs du baccalauréat de notre académie qui, par l'exercice de leur droit de grève, se sont engagés dans des actions de rétention de notes.
Le SNES-FSU demande au ministre de l'Education Nationale de se mettre à l'écoute des personnels et d'enfin accepter d'ouvrir des négociations immédiates sur l'avenir du lycée et du Bac

SNES National

Depuis des mois, le SNES-FSU alerte le ministère sur l’opposition des professeurs aux réformes du lycée et du baccalauréat. A aucun moment, Le ministre n’en a tenu compte. Il a balayé d’un revers de main toute critique et toute possibilité de dialogue.

Ni les pétitions, ni les manifestations, ni les grèves n’ont réussi à infléchir cette obstination.

Cette attitude a provoqué l’appel de l’intersyndicale à la grève le premier jour du baccalauréat. A cette décision exceptionnelle, le ministre a répondu par le déni, le mensonge, les provocations et, une fois de plus, par le mépris.

Aujourd’hui, il franchit un pas supplémentaire en menaçant de retirer jusqu’à 15 jours de salaire aux professeurs ayant collectivement décidé une rétention des notes, qui feraient valoir leur droit de grève le jour de la remise des notes du baccalauréat. Il prend ainsi la responsabilité de faire monter la colère de toute la profession, aujourd’hui et pour la rentrée, et, il met en péril la communication des résultats du baccalauréat dans les délais prévus.

Le SNES-FSU soutient tous les collègues, mobilisés sur le baccalauréat ou sur le brevet des collèges, qui seraient menacés et, en cas de sanction, les assistera dans leur recours et appellera toute la profession à soutenir financièrement les grévistes.

Paris, le 2 juillet 2019